• Théophile Gautier

    Théophile Gautier

    L'art pour l'art

    Théophile Gautier      Théophile Gautier est un poète, romancier et critique d'art français.

            Né à Tarbes (sud-ouest de la France), le 30 août 1811, Théophile Gautier est cependant parisien dès l'âge de trois ans. A dix ans, alors qu'il est au collège Charlemagne, il se lie d’amitié avec le futur poète Nerval. Doué dans la composition de vers latin, il rêve cependant de devenir artiste peintre. Il passe ses loisirs à dessiner ou à peindre.

           En 1829 il rencontre Victor Hugo le chef de file du romantisme. Une querelle divise alors le monde littéraire, avec d'un côté la jeunesse romantique et de l'autre les anciens (ou classiques). Gautier participe activement au mouvement, notamment lors de la fameuse bataille d'Hernani, le 25 février 1830. Il évoquera avec humour cette période en 1833 dans Les Jeunes-France.

         Entre temps Gautier a abandonné la peinture pour la poésie, Il publie en 1831-1832 ses premières poésies et se distingue de ses amis romantiques.

         Il a une vision utilitaire de la littérature qu'il développe dans la célèbre préface de son roman épistolaire Mademoiselle de Maupin (1835). En effet dans cette préface il proclame son exigence de la beauté pur et défend "l'art pour l'art", il écrit "Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature."

          Il écrit aussi ses premières nouvelles comme La Cafetière (1831), dans une veine fantastique qu'il approfondira dans d'autres œuvres.

         En 1836, Gautier se lance dans le journalisme certains de ces textes seront regroupés plus tard en volumes (Les Grotesques, Souvenirs littéraires...). Il publie aussi des poèmes et s'essaie au théâtre (Une larme du diable, 1839).

         En mai 1845, il accomplit un grand voyage au-delà des Pyrénées dont il rapporte un carnet d'impressions (Voyage en Espagne) et de nouveaux poèmes (España, 1845). D'autres voyages en Algérie, en Italie, en Grèce, en Égypte, nourriront aussi diverses publications. Ainsi il suit avec intérêt les travaux d'égyptologie qui lui inspireront Le Roman de la momie (1858).

         Auparavant, en 1852, Gautier a publié Émaux et Camées, recueil de vers qu'il enrichit jusqu'en 1872. Il s'impose comme le précurseur du Parnasse, mouvement poétique qui s'est développé vers les années 1860, et dont Baudelaire a été un disciple; Celui-ci dédie Les Fleurs du mal au «poète impeccable» et Théodore de Banville salue le défenseur de «l'art pour l'art».

          Il continue à publier des articles ou des poèmes mais aussi une biographie d'Honoré de Balzac ou des œuvres de fiction comme son roman de cape et d'épée Le Capitaine Fracasse (1863). Il est nommé bibliothécaire de la princesse Mathilde et fréquente les salons littéraires du Second empire mais aussi le milieu de l'art.

         Lorsque Gautier meurt, en 1872, de nombreux poètes lui rendent hommage dans un ouvrage collectif: Tombeau de Théophile Gautier, Victor Hugo y a écrit:

    " Ce siècle altier, qui sut dompter le vent contraire,

    Expire...-Ô Gautier ! Toi leur égal et leur frère,

    Tu pars après Dumas, Lamartine et Musset.

    L'onde antique est tarie où l'on rajeunissait [...]"


    Tags Tags : , , ,